facebook_pixel

Les courants marins, énergie de demain

Encore une alternative pour produire de l’électricité propre.

Les hydroliennes permettent de transformer l’énergie cinétique des courants marins en électricité. En Écosse, le groupe naval français DCNS a mis au point un prototype de turbine hydraulique de près de 1000 tonnes qui devrait être installé en plusieurs exemplaires à 35 mètres de profondeur attachée sur le sol marin pour capter les incessants mouvements de la mer et son énergie inépuisable.
Un reportage de l’émission Futuremag diffusée sur Arte.

 

 

Vous aimerez aussi

Un ticket pour le Mercantour

Une envie de randonnée ? Pourquoi pas le Mercantour ! Découvrez les meilleurs sites et des explications sur la biologie et la géologie de l’environnement. Avec en prime des gravures préhistoriques sur votre chemin ! Un bon moyen pour se ressourcer et de s'évader juste en regardant ce magnifique film...

Peut-on contourner les caméras de surveillance ?

Encore une alternative pour produire de l’électricité propre. Les hydroliennes permettent de transformer l’énergie cinétique des courants marins en électricité. En Écosse, le groupe naval français DCNS a mis au point un prototype de turbine hydraulique de près de 1000 tonnes qui devrait être installé en plusieurs exemplaires à 35 mètres de profondeur attachée sur le sol marin pour capter les […]

C’est quoi Claudia Cardinale ?

Encore une alternative pour produire de l’électricité propre. Les hydroliennes permettent de transformer l’énergie cinétique des courants marins en électricité. En Écosse, le groupe naval français DCNS a mis au point un prototype de turbine hydraulique de près de 1000 tonnes qui devrait être installé en plusieurs exemplaires à 35 mètres de profondeur attachée sur le sol marin pour capter les […]

ANALEPSE : L’occultisme nazi

Peut-on jouer avec l'histoire ? De nombreux auteurs utilisent le nazisme pour nourrir leurs fictions. Mais à force de manipulation et de récupération politique il est difficile de déméler le vrai du faux ! Les auteurs contemporains ont-ils une part de responsabilité sur la mémoire collective ?