Lilian Thuram est né en Guadeloupe dans l’extrême pauvreté. Rien ne le prédestinait à devenir l’homme que l’on connait !

Lilian Thuram n’appartenait pas au bon milieu, celui qui distribue à ses enfants, et dès leur naissance, les meilleures cartes. Lui qui n’était pas un héritier, comment a-il pu néanmoins réussir ?

Lilian Thuram grandit à Anse-Bertrand, une commune de Guadeloupe. Il est élevé par sa mère Mariana et ne connaît son père « que de loin ». Son enfance est faite d’une « vie simple, faite de parties de football dans la rue, de courses avec les copains sur les plages de sable, de frasques d’écolier ». En 1980, sa mère quitte la Guadeloupe pour la métropole . Lilian reste avec ses frères et sœurs, puis les enfants rejoignent leur mère (5 septembre 1981). À Bois-Colombes, il subit des blagues racistes. Cela déterminera ses combats futurs : « Je me demandais pourquoi la couleur blanche est associée au bien et la couleur noire au mal ? ».

Thuram arrive donc en France métropolitaine à l’âge de 9 ans en 1981. Il y rejoint, avec ses frères et sœurs, leur mère, qui y travaille depuis un an comme femme de ménage. Rapidement, la famille déménage de Bois-Colombes vers le quartier des Fougères à Avon près de Fontainebleau où il joue milieu de terrain offensif pour le club local des Portugais de Fontainebleau, puis au Racing club de Fontainebleau et à Melun où il croise notamment Claude Makélélé. Alors cadet national, Lilian préfère passer son Baccalauréat plutôt que de répondre favorablement aux sollicitations du Stade rennais. À 17 ans, il rejoint ensuite le Centre de formation de l’AS Monaco.

Quelques mois plus tard, à la suite d’une opération du genou, le médecin le déclare perdu pour le football.

Il a persévérer pour devenir l’homme que nous connaissons tous aujourd’hui !

Production : Morgane Production
Réalisateurs : Miller Gérard, Feuillette Anaïs